Philosophal.fr

Philosophal.fr

Est-ce qu’un introverti peut devenir extraverti ? {audio}

Est-ce qu’un introverti peut devenir extraverti ?

Extraversion :

 

 

 

L’attitude extravertie se caractérise par une libido (chez Jung libido signifie énergie psychique) tournée vers l’extérieur : « un intérêt pour les événements, les personnes et les objets, une relation avec eux, [voire] une dépendance à ceux-ci. » Quand cette attitude prédomine, la personne est sociable et à l’aise dans toute situation qu’elle soit familière ou non. Sa relation au monde, aux autres est bonne, ses réactions rapides et spontanées et « même en cas de désaccord, il reste en lien, car au lieu de se retirer il préfère argumenter ou chercher à refaçonner [l’autre, le monde]... »[8].

L'extraversion définit l'« état, l'acte ou l'habitude, orientée par une gratification externe à la personnalité[9]. » Les individus extravertis tendent à se satisfaire des interactions sociales et à être enthousiastes, bavards, et assertifs notamment. Ils prennent plaisir à participer à des activités en groupe, comme des fêtes, des manifestations publiques, entre autres. La politique, l'enseignement, le management, les activités commerciales favorisent l'extraversion. Un individu extraverti préfère interagir socialement plutôt que de rester seul.

Les traits moins positifs du type extraverti ont à voir avec la volatilité de leur intérêt et enthousiasme qui peuvent être rapidement captés par un nouveau stimuli; une certaine superficialité en découle. Il y a aussi la dépendance à ce qui leur est renvoyé par les autres, le besoin d'avoir un public. La solitude est mal vécue, ils ont peu de goût pour la réflexion prolongée d'où le danger d'adopter facilement les opinions et croyances collectives.

 

 

 

 

 

 

Introversion :

 

 

 

L’attitude introvertie en revanche réachemine la libido de l’objet vers le sujet : l’intérêt se porte sur des considérations subjectives. Quelle que soit la situation extérieure « le sujet est et reste le centre d’intérêt. »[10] Ainsi, celui chez qui l’introversion prédomine est hésitant face au monde extérieur, préférant se concentrer sur ses propres impressions de ce qui se passe à l’extérieur. Il se 'retire', pour ainsi dire, vers sa subjectivité pour, et avant de, éventuellement réagir. De ce fait, l’introverti peut sembler renfermé et timide en comparaison à l’extraverti perçu comme sociable et réactif[8].

Kagan fait l'hypothèse qu'une amygdale plus sensible est liée à l'introversion.

 

 

 

L'introversion désigne l'« état, ou la tendance, orienté par une gratification interne et le bien-être mental de l'individu concerné[9]. » Certains romanciers caractérisent les introvertis comme des individus dont l'énergie psychologique se concentre à travers la réflexion et qui diminue durant une interaction sociale[11]. Les individus introvertis seraient plus réservés et moins bavards en groupe. Ils prennent plaisir lors d'activités solitaires comme la lecture, les écrits, l'utilisation d'un ordinateur, ou la balade. L'art, la musique, l'ingénierie, la sculpture et autres activités artistiques sont des professions hautement introverties. L'individu introverti prend plaisir seul plutôt qu'en groupe, bien qu'il puisse apprécier des activités entre amis. Il préfère se concentrer sur une activité simple et observe les situations avant d'y participer : ceci est particulièrement observé dans le développement de l'enfant et l'adolescent[12]. Les individus introvertis prennent le temps d'analyser avant d'agir[13].

Plus problématique pour les introvertis est leur difficulté à être naturels en société : souvent hyper-sensibles et craignant le ridicule, ils peuvent se rendre maladroits dans leurs rapports aux autres. Leurs qualités restent souvent méconnues et ils sont souvent incompris[8]. D'après Kagan, un quart des "hautement réactifs", qui deviennent souvent introvertis, développeraient des phobies sociales.

 

 

 

Le psychologue nord-Américain Jerome Kagan s'est intéressé à l'introversion, et à son éventuel caractère génétique. En 1989, son équipe mène une expérience où 500 bébés de quatre mois sont exposés à du bruit, des mouvements brusques et au toucher de l'alcool. 40 % d'entre eux réagissent tranquillement (Kagan les a nommés "hautement réactifs" et a fait l'hypothèse qu'ils deviendraient extravertis) , 20 % ne supportent pas ces expositions (les potentiels introvertis) et 40 % ont une réaction intermédiaire. Les potentiels extravertis et introvertis ont eu un suivi en grandissant et beaucoup (pas tous cependant) sont devenus ce que Kagan avait prédit[5].

 

 

 

Source : 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Introversion_et_extraversion?wprov=sfti1

 

 

 

 

 



30/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres